Il est temps

Année: 
2000
Affiche - Il est temps - 2000

« Le spectacle donne à voir deux relations au temps, celle de l’individu et celle du groupe, le premier se fondant en l’autre pour mieux y exister. C’est également deux relations à l’espace scénique : celle qui dessine le corps de l’acteur seul, ligne mouvante donnant les marques et rythmant le plateau ; celle que met en place le groupe, remplissant, ponctuant ou vidant soudain la scène. Le temps au lieu, le rythme aux corps, la musique aux voix ; une heure pour montrer aussi que la scène donne mieux qu’un espace où on illustre : un espace où on vit. Au delà des tentatives de proposer des marques visibles et assez conventionnelles du temps (horloge, sablier, course…), de se rassurer par des symboles attendus, l’émouvant réside dans les pulsions et impulsions de chaque individu face à cette grande thématique-machine du temps. Comme souvent, c’est ce qui échappe qui touche. »

Pierre Katuszowski, et Judith Larnaud,
Acteur et metteur en scène,
Communiquants au colloque Temps scientifique, temps théâtral (juin 2000).

 

Dans la nuit des temps, le temps qui passe, passer le temps, temps partiel, temps plein, perdre son temps, avoir fait son temps, temps faible et temps fort, chaque chose en son temps, être de son temps, le temps qui court…ces expressions rythment notre vie. Temps cynique, temps réel, temps vécu, flèche du temps, temps psychique, temps objectif, temps fixe, temps relatif disent l’expérience scientifique, la méditation philosophique, la perception commune. De l’image des Parques, à la généalogie mal établie de Chronos, la mythologie convoque la nuit des temps. Cadran solaire, clepsydre, montre, chronomètre, horloge mécanique ou atomique, sont lancés dabs la course au temps et à son irréversibilité. Les saisons, elles, mènent leur ronde cyclique et diffusent un parfum d’éternité.

Informations: 

Création collective qui  propose une mise en spectacle de la condition temporelle confrontée à l’infini de la spéculation scientifique et métaphysique dont elle est partie prenante.

Mise en scène : Joseph Melcore

Régie lumière : Laurent Poiturier

Assistant à la mise en scène / Régie son : Bernard Normand

Costumes, décors et scénographie assurés par le groupe.

Distribution: 

David Ball, Cécile Bayle, Isabelle Cerisier, Estelle Colin, Fabien Cramillet, Frédéric Cuenot, Mélanie Cuinet, Véronique Devaux
Cécile Druet, Francine Gaonach, Elodie, Guidou, Caroline Guillot
Marjolaine Guyot, Angeline Jacquin, Janna Jequier, Frederic Joannes
Mélanie Manuelian, Sébastien Menestrier, Lucie Renoux, Ayse-Gul Sahin, Salima Simonin